Le Malawi accueille les girafes après un transfert historique

African Parks, l'organisation de conservation à but non lucratif dirigée par le Prince Harry, vient d'annoncer le transfert historique de treize girafes à la réserve faunique de Majete, au Malawi. C'est la toute première introduction de cette espèce dans un parc national ou une réserve du Malawi.

Il s'agissait d'une tâche monumentale, avec des mois de planification méticuleuse pour assurer la santé et la sécurité des animaux. Neuf des girafes ont été déplacées d'une réserve privée d'Afrique du Sud à 2500 km par la route, tandis que quatre autres ont été déplacées d'une collection privée au Malawi.

Craig Hay, gestionnaire du parc de la réserve faunique Majete, a noté : Majete contient l'habitat idéal pour les girafes ainsi que la protection nécessaire pour leur assurer, ainsi qu'à toutes les autres espèces sauvages, la sécurité dont elles ont besoin. Nous espérons établir une population en bonne santé pour accroître la biodiversité et stimuler le tourisme afin d'accroître la valeur économique de Majete pour la population locale, tout en soutenant les efforts régionaux pour conserver cette magnifique espèce. Depuis quinze ans, notre partenariat avec le DNPW (Department of National Parks and Wildlife) a permis à Majete de passer d'un paysage appauvri à un écosystème dynamique, ramenant les mammifères les plus emblématiques d'Afrique au Malawi où les gens du monde entier et surtout les Malawiens peuvent profiter de leur propre patrimoine naturel et sauvage.

Bien que l'Afrique australe ait un nombre sain de girafes, on ne peut pas en dire autant du Malawi, avec un peu plus d'une douzaine d'espèces présentes sur son territoire avant cette translocation historique. On espère que cette arrivée récente permettra d'établir une population durable qui pourra commencer à se reproduire et à s'accroître davantage dans les années à venir.

Les parcs africains gèrent la Réserve de faune de Majete en partenariat avec le DNPW du Malawi depuis 15 ans, et leurs efforts conjoints ont permis la réintroduction de nombreuses autres espèces, dont le rhinocéros noir en 2003, les éléphants en 2006 et les lions en 2012. La réserve, autrefois dégradée, abrite aujourd'hui les cinq grands, ainsi qu'une population saine de nombreuses autres espèces. Et l'organisation est fière, à juste titre, de son bilan en matière de lutte contre le braconnage, sans que des rhinocéros ou des éléphants n'en soient victimes depuis le début de leur surveillance. La réalisation porte ses fruits, avec des chiffres du tourisme en hausse de 14 % par rapport à l'année dernière, ce qui assurera la durabilité à long terme de la réserve elle-même.

Publication: Atta
Published: 07 December 2018
View article source: Lonely Planet

Jenman African Safaris Collection

PayGate-Card-Brand-Logos